Dès le 4ème millénaire avant notre ère, l'or était récolté dans les sables des cours d'eau égyptiens et des mines en roche furent exploitées par les égyptiens dès -3900 avant JC. Le premier Pharaon, Ménès eut l'idée de frapper à son nom des lingots de 14 grammes. Mais c'était une monnaie à l'usage exclusif des puissants. L'or chez les égyptiens était avant tout sacré, pour sa beauté et son caractère éternel ; il est textuellement synonyme de chair de dieu.

On fait généralement remonter l'invention des premières véritables pièces de monnaie au VIIème siècle avant J.C.. Les pièces de monnaie seraient ainsi nées au fond du Pactole (actuellement nommé Sart ou Bagouly en Turquie), célèbre fleuve du royaume de Lydie , qui charriait de petites pépites ovales composées d'un alliage naturel d'or et d'argent. Le roi Gigès fit circuler dans tout l'Orient ces petites pépites qui, pesées et estampillées, étaient devenues des pièces. Un siècle plus tard, les fonderies du célèbre roi Crésus améliorent la technique de son prédécesseur en séparant l'or de l'argent et créant un premier système bimétallique de pièces de monnaies : un statère d'or, représentant 8,17 grammes d'or fin, valait dix statères d'argent, représentant 10,89 grammes d'argent. Le système lydien va progressivement s'étendre à l'ensemble de l'Orient, puis à la Grèce, et à l'ensemble de l'Europe méditerranéenne grâce au développement des échanges.

L'utilisation de l'or en tant que monnaie puis étalon monétaire a vite transformé la fascination naturelle des humains en une cupidité redoutable et a engendré toutes sortes de malheurs et de catastrophes sociales, écologiques et économiques liés à la convoitise, aux conquêtes colonialistes et aux ruées vers l'or des temps modernes.

Les civilisations précolombiennes n'ont pas attribué à l'or de valeur marchande et lui ont conféré un rôle sacré.