L 'orpaillage, la battée, le panning

De nombreuses méthodes d'extraction de l'or, de l'exploitation minière à grande profondeur pour atteindre les filons d'or embarqués dans la roche, à la méthode utilisée en  Grèce antique, où le sable contenant de l'or a été extrait du lits des rivières et le mélange sable sous  forme boue liquide traversaient des peaux brebis avec leur toisons.

 L'eau à tendance à transporter les grains de sable avec elle tandis que les plus gros grains d'or se retrouvent piégés dans la laine de la toison.

La peau de brebis était ensuite séchée et battue de telle sorte que l'on en faisait tomber les paillettes d'or.

De toutes les méthodes d'extraction de l'or, l'orpaillage est la plus populaire pour le profane agissant sur son compte propre,  tout ce qu'il faut est une battée et du temps.

Du temps des  Romains sur l’orpaillage, les Romains ont rapidement évolué vers la méthode d'exploitation hydraulique qui est plus efficace. Pendant la majeure partie au cours de l’histoire humaine de l'or, son extraction a été contrôlée par les rois ou les États, et donc la battée n'a pas été temps utilisée parce qu'elle exigeait trop de main-d'œuvre, en particulier car il y avait d'autres façons plus efficace d’extraire l'or.

Au cours de la ruée vers l'or aux Etats-Unis et en Australie au 19ème siècle, l’orpaillage avec la battée revient à la mode car beaucoup de personnes migrent vers les régions aurifères dans l'espoir de faire fortune.

La battée d'or ou pan se transforme en Géorgie et en Caroline du Nord dans les années 1830. Elles semblent avoir été adaptées des poêles ordinaires en enlevant la poignée.

Les poêles  sont plates, ils pouvaient être utilisées pour passer le sable au crible et l'eau peut basculer facilement. L'idée était de la saisir les deux côtés et de la faire pivoter, de sorte que l’action centrifuge envoie les grains et paillettes d'or plus lourds vers le centre de la battée avec les côtés peu profond permettant de déversés l'eau et le sable avec un bon tour de poignet.

Du début de la ruée vers l'or en Caroline du Nord, ils se sont dirigés par la suite vers la Californie.

La première battée était brevetée en 1861 et a été appelée “Brock’s Improved Mining Pan”.  Elle diffère d’une batée ordinaire car elle avait un fond de cuivre, l'idée étant que tout le mercure dans le sable, se serait attaché au cuivre, laissant  l'or. Des autres battées  brevetées avaient une vidange dans le bas pour récolter l'amalgame de mercure et d’or et des brevets ultérieurs ont ajoutés des nervures à la base des battées pour aider à piéger les paillettes d'or plus lourdes.

L’Or a été découvert en Australie dans les années 1820, et dans  les années 1890, la ruée vers l'or était en marche, avec comme zone  principale la Nouvelle-Galles du Sud, mais aussi dans le Queensland et en Australie occidentale.

La ruée vers l'or australienne a attiré des aventuriers qui ont tenter leur chance. En effet certains des prospecteurs étaient des vétérans de la ruée Californienne, ils navigué à travers le Pacifique, ainsi que les gens de la Grande-Bretagne et la Chine. Tous ces premiers prospecteurs essayés la battée en premier.

Mais il était plus difficile de chercher de l'or en Australie, car l'eau était rare.

Certains en sont venus à creuser avec des pelles et faire rebondir le matériau de haut en bas pour vérifier la présence d'or lourd. Le manque d'eau fais que beaucoup de génie ont participé à la ruée vers l'or australien. Une fois que la plupart de l’or de surface fut extrait, les grandes compagnies minières ont repris l'extraction de l'or en utilisant le dragage et l'exploitation minière d’or souterraines en suivant les filons roche aurifère.

La battée et le "paning" est désormais utilisé  par les amateurs, et les visiteurs des vieilles mines d'or sont encouragés à essayer l’orpaillage et une battée.