L'homme et l’or

On commence par utiliser ce métal étincelant pour en faire des parures.

De tout temps et en tous lieux, de l’Égypte au Pérou, l’Homme a orné ses palais et ses temples de ce métal intemporel. On estime que depuis l’antiquité, on a extrait entre 130 et 150 000 tonnes d’or. Si on fondait cette quantité d’or en un seul et unique bloc, on obtiendrait un cube d’environ 20m de coté.

La raison pour laquelle on est aussi précis dans ces chiffres provient de la nature même de ce bien : l’or est une matière indestructible. L’or demeure intact qu’on l’enterre pour 2000 ans ou bien qu’on le laisse immergé 2000 ans. Quand on retrouve une pièce d’or, elle fait exactement le poids qu’elle faisait à l’époque.

Il est fort probable que l’or ait été le tout premier métal travaillé par l’homme. Il est extrêmement malléable, on peut étirer une simple once d’or, à peine 30 grammes, en un fil de 80 km de long ou bien l’aplatir en une feuille de 100 m2. L’or est si inaltérable qu’on l’appelle le Roi des métaux, il résiste aux ravages du vent, de la pluie et du temps.

Je ne crois qu’il existe un quelconque autre élément qui ait ces qualités exceptionnelles. Il ne ternit pas, il brille pour toujours et se dégrade pas. L’argent s’en rapproche, le platine aussi mais ils n’ont rien de comparable à l’or.

On trouve de l’or sur tous les continents. Le métal précieux est maintenu emprisonné dans les filons de quartz au cœur de la roche, des cimes montagneuses aux tréfonds de la Terre. Soumise au travail infini des vents et des pluies, la roche qui l’entoure finit par s’éroder et l’or par affleurer.

On les trouve sous formes de paillettes et en pépites qu’ils trouvent dans les cours d’eau ou les morceaux de roches.

Le métal obtenu est le plus magnifique qui soit.