L’or, un métal pas comme les autres.

On connait tous les expressions “Riche comme Crésus” ou “Toucher le pactole”.

L’or est utilisé comme ornementation ou dans les transactions depuis près de six millénaires.
Depuis, l’or n’a jamais cessé de susciter les convoitises en raison de sa rareté, de sa beauté et de ses propriétés physiques qui en font un métal exceptionnel : l’or résiste à la corrosion, ne s’oxyde pas, ne ternit pas.
3500 ans plus tard, le masque dor de Toutankhamon brille encore comme au premier jour !
Mais de plus, l’or possède une conductibilité électrique record et donc il est particulièrement utilisé en électronique. C’est également un métal très malléable. Une once d’or soit 31,10 g, permet de produire un fil de 8 kms de long. L’or est très réflectif et absorbe assez peu les rayons infrarouge. Grande valeur par unité de poids, divisible, interchangeable, difficile à contrefaire, facile à reconnaître, rare mais présent sur toute la planète, désirable, d’une valeur stable et intrinsèque. De telles caractéristiques faisaient de l’or le champion tout désigné pour devenir une monnaie ou tout au moins une valeur refuge universellement reconnue. Les premières pièces de monnaies en or virent le jour en Perse au VIème siècle avant JC, sur les bords du fleuve Pactole, à l’époque du Roi Crésus. Même si depuis 1971, les monnaies ne sont plus liées à l’or, les principales banques centrales considèrent toujours le métal précieux comme « LE » refuge ultime en cas de crise et continuent d’en conserver des dizaines de milliers de tonnes sous forme de lingots et de pièces.

Tout l’or produit jusqu’à ce jour rentrerait dans un cube de 20 mètres de côté. Si on devait le distribuer à l’ensemble des habitants de la planète, cela représenterait 24 g par habitant, presque quatre Napoléons de 20 Francs. L’or est clairement un métal rare !