l'Assemblée en Octobre 2017, augmente la taxe sur la vente des métaux précieux

A partir du 1 janvier 2018, l'Assemblée nationale a augmenté la taxe sur vos ventes de métaux précieux, dont l'or, de 10 à 11%, soit de 10,50 % RDS inclus à 11,50 % toutes taxes, via des amendements de la majorité pour accompagner la transformation controversée de l'ISF et éviter tout "effet d'aubaine".

Cette taxe concerne les cessions de métaux précieux comme l'or, le platine, l'argent, les débris de métaux précieux, les monnaies postérieures à 1800. L'augmenter "permet de tirer les conséquences de la création de l'impôt sur la fortune immobilière" (IFI), selon l'exposé de la mesure, déjà votée en commission.

Au nom des députés LREM de la commission des Finances, Amélie de Montchalin a expliqué que l'objectif était d'éviter tout "effet d'aubaine sur les investissements dans les métaux précieux" car plusieurs biens de luxe taxés précédemment à l'ISF ne le seront plus à l'IFI. "C'est une mesure d'efficacité économique pour nous assurer que notre réforme contribue bien à l'investissement dans l'économie productive, et uniquement à cela", a-t-elle encore plaidé.

Mais qui, parmi nous, a des lingots d'or dans un coffre alors qu'"un Français sur six vit à peine avec 1.000 euros par mois". Le communiste Fabien Roussel a, lui, jugé "énorme de dire que l'or est une forme d'épargne populaire", après des propos d'un député de la majorité, Bruno Fuchs. La LR Véronique Louwagie, qui a regretté que la majorité n'aille "pas jusqu'au bout" en supprimant l'ISF, et pointé les limites de la distinction entre les biens productifs et les autres, a lancé à la majorité: "Vous êtes gênés et essayez de rattraper".

Député LREM siégeant au groupe MoDem, Bruno Fuchs a, lui, tenté, en vain, de baisser la taxe sur les ventes d'or et de métaux précieux pour l'aligner sur celle concernant la bijouterie (6%), afin de "redonner du pouvoir d'achat aux particuliers et augmenter les recettes fiscales de façon substantielle".