L'Or et le numérique

Vous êtes-vous déjà interrogé sur les constituants de votre téléphone portable?

Les polymères y côtoient les métaux précieux ou rares: batterie au lithium, contenant aussi du nickel, du cuivre, de l'or, du silicium; mélangeant silicium, cuivre, aluminium, or et nickel; et dans l'écran rétro-éclairé, de l'indium, de l'argent, du verre et de l'yttrium... Ce qui nous amène aux terres rares.

Il faut noter le rôle important des opérateurs privés dans ce processus de démocratisation. Ces derniers ont su proposer des solutions peu onéreuses pour capter une clientèle jusqu'à présent négligée. Contrairement à la plupart des secteurs industriels, qui se positionnent sur le créneau des classes moyennes des emergings, soit 1,4Md d'individus, les services de téléphonie mobile visent aussi les 4Mds d'individus restants : un réservoir de clientèle immense.


Ce mouvement n'est pas encore achevé. Le taux de pénétration en Afrique n'est que de 40%: Il reste donc 600M de personnes à équiper. Dans la région Asie-Pacifique ce taux est d'environ 60%, loin derrière celui des Européens de l'ouest.

Par ailleurs, la technologie évolue: la convergence entre la téléphonie et l'ordinateur a créé de nouveaux débouchés. L'essor de l'internet mobile a accéléré le développement du monde numérique avec l'arrivée des smartphones et des tablettes numériques, produits désormais incontournables dans les pays avancés.

Ces objets bourrés de composants électroniques comportent nombre de matières premières et notamment des terres rares. Alors que la demande des pays occidentaux pour ces produits est déjà énorme est que celle des pays émergents ne cesse de croître, la demande en matières premières pour répondre aux besoins de production de ces objets extrêmement gourmands en terres rares suivra la même tendance.