Les règles d'or pour acheter et vendre son or 

- Eviter les banques pour l'achat d'or.
Ce n'est plus leur métier. Tous les banquiers le disent eux-mêmes. Ils ne peuvent pas facilement vendre de l'or physique et évitent donc de le faire. Cette complexité est due au fait que les agences ne peuvent plus gérer les valeurs, qu' ils ont des contraintes de sécurité, stockage, transport ... couteuses, facturées directement au prix d'achat ou de vente. De plus elles ne réalisent pas de marges suffisamment intéressantes sur ces produits par rapport au temps passé. En résumé, la vente/achat d'or physique n'est pas un modèle économique rentable pour les banques.
- Boutiques physiques
Ne jamais s'arrêter à une seule boutique pour se faire une opinion, mais comparer les prix d'achat/vente, la qualité proposée pour le prix, les services.
Il faut parler avec les professionnels et aller vers ceux qui connaissent ce qu'ils vendent. L'or d'investissement nécessite une vraie compétence.
- l'or d'investissement
L'or d'investissement peut exister sous deux formes. Il peut s'agir d'une barre ou lingot d'une pureté égale ou supérieure à 995 millièmes, de plus de 1 gramme. Deuxième forme possible : une pièce de monnaie frappée après 1800, d'une pureté égale ou supérieure à 900 millièmes, ayant eu cours légal dans le pays d'origine et vendue à un prix n'excédant pas plus de 80% la valeur de l'or contenu dans la pièce.
 
Tout produit reconnu comme étant de l'or d'investissement bénéficie du même avantage fiscal : pas de TVA à l'achat.

- Lingots et mini-lingots
Même s'il incarne une valeur sûre, le lingot a quelques inconvénients : difficile de le partager pour le vendre par morceaux, existence de faux lingots, etc.
Les deux points les plus pénalisants concernent l'absence de liquidité et le prix de revente, impossible de vendre un lingot plus cher que sa valeur en or.
Les mini-lingots (10g, 50, 100g, 500g) sont plus abordables, mais les contraintes restent les mêmes que celles liées au lingot.
- Pièces d'or d'investissement
Les Français font confiance aux pièces d'or anciennes de type Napoléon comme assurance, particulièrement lors des crises où elles connaissent un engouement croissant. Cet engouement est mesuré par une valeur que l'on nomme la prime. La prime est la différence entre le prix du métal précieux constituant la pièce et le prix négocié de celle-ci. Quand la prime d'une pièce est faible et proche de zéro, cela signifie donc que son prix est proche de son poids en or.