les banques centrales et l'Or

Les banques centrales ont acheté environ 650 tonnes de métal jaune en 2018, en progression de 74% par rapport à 2017. Ce sont des achats les plus importants depuis la fin de la convertibilité or du dollar en 1971. Alors qu’il y a quelques temps, les banques centrales étaient vendeuses d’or, elles représentent maintenant plus de 15% de la demande.

La « palme d’or » 2018 revient à la Russie (+275 tonnes), suivie du Kazakhstan et de la Turquie (+50 t chacun) et de l’Inde (+42 t). La Chine a également acheter 10 tonnes en décembre 2018, même si le pays est peu transparent sur le niveau de ses avoirs.

La diversification des réserves de change et la volonté de s’affranchir du dollar, tout particulièrement en cette période d’incertitude politique de l’administration Trump. Aucun risque de défaut donc.

Le second, pour certains pays acheter de l’or est un outil d’affirmation de sa souveraineté. C’est ainsi que la Hongrie et la Pologne, deux pays très eurosceptiques, ont augmenté significativement leurs réserves en fin d’année.

Ces deux motivations devraient perdurer en 2019. Ainsi les déficits américains et les fermetures récurrentes du gouvernement ne sont pas de nature à rassurer sur la fiabilité à long terme des dollars. Il est fort probable que le nombre de banques centrales restent ou passent à l’achat sur le métal jaune. Cette tendance est confirmée par une enquête du WCG de septembre 2018, qui a en effet révélé qu’une banque centrale sur 5 envisageait d’augmenter ses réserves en or dans les 12 mois.